Posts tagged ‘histoire’

December 27th, 2011

Les twitterstories à en perdre la mémoire

by Laurent Francois

Etonnant : je viens de regarder la rétrospective en tweets de l’année écoulée, via Twitterstories. Plusieurs constats :

  • je ne me rappelais pas de 70% des événements : quelle place les historiens accorderont à ces nouveaux écrits dans 50 ans ?
  • la version US est similaire à la version francophone : quels enjeux en termes de diplomatie ? Est-ce la fin des histoires locales au profit d’une histoire englobante à défaut d’être universelle ?

Plusieurs signes d’optimisme : l’historicité a enfin une place de choix dans les médias sociaux; on met en place des outils afin de mettre du sens dans nos data. Lire à ce sujet cet article chez Olivier.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
July 23rd, 2010

Le besoin d’historicité dans les médias sociaux

by Laurent Francois

Citoyens !

Une réflexion parcourt la toile, ça et là, alors que de grandes migrations s’opèrent et que le contrôle du sens de l’histoire devient l’enjeu quasiment principal.

Au milieu de nos flux, échanges, se pose la question de l’historicité. Ce système qui doit permettre de déterminer à coup sûr qu’un événement a vraiment eu lieu. Dans dix ans, qui contrôlera ce fameux sens de l’histoire ? Qui pourra nous dire facilement et de façon autoritaire qu’un événement ou une personne est plus crédible ?

Les débats ne se feront plus seulement entre historiens et politiques, mais entre technologistes, social media activists, moteurs de recherche, curators. Et curieusement, la force du réel permettra de faire sûrement contre-pouvoir à des tentatives de manipulations purement digitales.

De même que le devoir de mémoire est toujours clé pour l’histoire offline, il importe de créer peut-être ce devoir aussi dans notre nouveau monde online, post chute du Mur. Car dans 10 ans, 50 ans, c’est sûrement le symbole qui sera aussi le point de départ de nos conversations mondiales, pervasives…

Un penseur avait dit lors d’un déjeuner qu’ “on doit désormais courir un marathon à la vitesse d’un sprint“. Une idée à compléter de celle de Turner (1996). Selon lui, puisque nous avons  “un cerveau littéraire dont les principales opérations sont le récit, la projection et la parabole, (…) l’historicité, mémoire de déplacements,[apparait] au coeur de la cognition. Son expression “the mind is a body in movement” résumant le propos. Le conflit de pouvoir entre fabrication de l’opinion et tentatives d’influences de parties prenantes extérieures se mélange, s’intensifie. Quelques problématiques, en vrac :

  • celui de l’archivage : qui retrouvera dans 30 ans un blog fermé et éradiqué de 1and1 depuis 20 ans ?
  • celui de la curation : qui organisera institutionnellement une certaine ligne “officielle” ? je ne crois plus à un ordre spontané des choses, ou alors à accepter un ordre réglé à une poignée…
  • celui de la transmission : pour donner ma voix au chapitre des nouveaux migrants digitaux, l’effort est considérable à moins d’être en soi déjà un média référent
  • celui de la recherche : Google n’a cure du sens de l’histoire mais des sens des liens

Affaire à suivre (de façon vigilante).

il

Rendez-vous sur Hellocoton !
June 14th, 2010

Comscore 2010 : le crossmédia, tube de l’influence ?

by Laurent Francois

Citoyens !

ComScore vient de publier son rapport sur le 1er semestre 2010.

Des tendances 2009 qui se confirment : accès mobile web social, temps passé sur Facebook via mobile qui augmente. Et bien sûr explosion des plateformes d’instant messengers, surtout dans les pays en développement / émergents. Ce qui rappelle deux principes clés : 1- les gens aiment d’abord parler à d’autres gens, surtout ceux de leurs carnets d’adresse (BBM forever) 2- les populations naturellement plus nomades ont donc une courbe d’apprentissage du mobile web social forcément supérieure.

Autre élément important : la nécessité de penser crossmédia, ce qui est une évidence en terme d’impact sur les chemins d’influence. La communication qu’on voit à la TV appartient à la même “histoire” que celle à laquelle on est exposés en ligne. Il importe dès-lors de bien penser les différents tubes comme faisant partie d’un même ensemble.

A lire.

Rendez-vous sur Hellocoton !
September 18th, 2009

100 meilleures marques globales : la confiance en coeur de cible

by Laurent Francois

Citoyens !

BusinessWeek vient de publier son 100 Best Global Brands.

Au-delà du ranking, c’est sur le glissement des métiers du marketing et de leurs objectifs qui est frappant. Construire la confiance entre une marque et des consommateurs (peut-on d’ailleurs encore nous appeler comme ça) est sans doute l’élément le plus périssable du branding. Pourtant, on constate que si ce domaine était historiquement l’apanage des Relations Publiques, c’est désormais les départements marketing au sens large qui tous doivent se concentrer à développer des marques “qui écoutent, qui parlent et qui répondent”.

Un exemple avec Ford et sa nouvelle façon de faire de la publicité :

“Ford’s current ads, meanwhile, look nothing like previous campaigns. Gone are the warm, fuzzy, and inspirational commercials celebrating the American dream and hard work. The company no longer mines its 105-year history the way it used to, when it featured Chairman Bill Ford talking about innovation against archival footage of Model Ts and Henry Ford. Instead, the automaker is targeting consumers’ rational left brain, relentlessly pushing themes that inspire street cred: new technology, fuel economy, quality scores.”

En clair, montre moi patte blanche et j’accepterais peut-être d’entrer dans ton histoire.

Même son de cloche pour des marques moins glam mais qui ont les mêmes enjeux, dans le secteur banque-finance :

“Beard says, he tried to persuade the bank to be more transparent and open. Consumers are telling companies “in a thousand ways,” says Beard, “that if you aren’t open with me, then I won’t trust you.” It gets to be counterproductive to fight that, says Beard, who has since left the company, because it’s really easy for consumers to check and verify a company’s behavior to find out if a company’s actions match its words.”

Intéressant donc de constater que l’accident historique de la communication, à savoir la télévision, a enfin laissé place au bon sens : vendre un produit, c’est d’abord satisfaire un client, et pour le satisfaire, de bâtir une relation de confiance. Une relation de marque à public. De public de marque à public tout court. On y reviendra

Rendez-vous sur Hellocoton !
July 6th, 2009

Scott Rosenberg à propos du blogging

by Laurent Francois

Citoyens !

Scott Rosenberg nous livre quelques vues intéressantes sur le pourquoi du comment de bloguer. Notamment une idée fondamentale : le microblogging -Twitter- permet d’étendre nos arguments, de prolonger l’histoire des articles et d’accroître leurs poids. Et de rappeler les fondamentaux du blogging :

  • Raconter sa vie sur un mode extime
  • Lier, ajouter des références vers des espaces extérieurs

A propos des journalistes et des blogueurs, un extrait de son prochain livre  “Say Everything” :


“If you care about the fate of journalism and its role in democracy and culture, this second choice turns out to be the only satisfying option. And when you realize that, you also realize that the debate is over: you have just resolved it. In this controversy, as in most others today, to ignore bloggers is to miss the entire event. Whatever the drawbacks and limitations of blogging, it serves, today, as our culture’s indispensable public square. Rather than one tidy “unifying narrative,” it provides a noisy arena, open to everyone, for the collective working out of old conflicts and new ideas. As the profession of journalism tries to rescue itself from the wreckage of print and rethink its digital future, this is where its most knowledgeable practitioners and most creative students are doing their hardest thinking. “

Rendez-vous sur Hellocoton !
May 4th, 2009

Les "rites" sur Twitter et une piste d'explication de la volatilité

by Laurent Francois

Citoyens !

Une hypothèse fort pertinente de Palpitt sur rites, taux de rétention et Twitter :

“Sur Twitter, une fonction de suggestion de personnes à suivre a bien été ajoutée en janvier, mais l’algorithme (secret) ne semble pas être basé sur l’affinité que vous avez avec tel ou tel utilisateur, et ne sont proposés que des utilisateurs US, merci Twitter. Il y a bien des rites qui, naturellement, se mettent en place du côté des utilisateurs : on lit de plus en plus « @moncopain est nouveau sur Twitter, souhaitez-lui la bienvenue ! » ou « qui lui conseillez-vous de suivre ? ». C’est un peu l’objectif du #followfriday, que les néophytes ne comprennent surement pas.

Pour fidéliser plus rapidement ses utilisateurs et tenter d’augmenter le taux de rétention, Twitter pourrait donc travailler au développement de ces dispositifs et se pencher sur la fonction sociale des rituels d’accueil.”

En clair, une des hypothèses serait qu’il manque une dimension temporelle à Twitter qui pourrait expliquer en partie le taux de rétention de Twitter:

  • un manque d’accompagnement de nos temps sociaux
  • un manque de sacralisation de phénomènes marquants

Dès-lors, au-delà de Twitter, plusieurs interrogations en vrac :

  • on dit que Google garde l’histoire, la “trace” du web : il serait important d’y ajouter une dimension “storyline”, afin de voir dans le temps les évolutions des relations entre sites web, influenceurs digitaux, personnes s’exprimant en ligne ?
  • A l’heure actuelle, les traces ne sont qu’explicites, c’est-à-dire qu’on a un simple archivage de liens existants. Ce qui a le plus de valeur, c’est l’histoire de ces liens. Où les déceler pour l’internaute “normal” non équipé de super-pouvoir ? :)
  • A quand un wikiopole faisant état de l’évolution des communautés et des chemins de parcours d’information ?
  • Le rite est le moment pour un groupe de se célébrer, de se réaffirmer comme étant un groupe : dès-lors, le média social serait-il en train de contribuer un peu plus à la désacralisation des relations des groupes ?
  • Si les groupes affinitaires ne peuvent se “célébrer” sur Twitter ou très peu sur Facebook, est-ce une raison pour laquelle les forums de fans / passionnés cartonnent toujours autant ?

Bref, affaire à suivre

Rendez-vous sur Hellocoton !
January 21st, 2009

Une histoire de la publicité

by Laurent Francois

Tugce Esener s’est replongée dans l’histoire de la publicité pour nous proposer de revivre les grandes étapes qui ont marqué ce siècle…
via:
Vaninadelobelle

Rendez-vous sur Hellocoton !