Posts tagged ‘luxe’

August 17th, 2011

5 marques de luxe et de beauté qui font progresser les programmes marketing avec les blogueurs

by Laurent Francois

Citoyens !

Fashionably Marketing, entité respectée du marketing du luxe, de la mode et de la beauté, a sorti 5 exemples de bonnes pratiques entre marques de luxe / beauté et blogueurs. Partant du principe que les dispositifs devaient être réinventés, au vu d’une certaine fatigue entre les équipes marketing et les blogueurs, voici la sélection de FM ainsi que les explications inspirantes

1. Coach

Coach a lancé une collection capsule l’année dernière avec 15 blogueurs. Les objets désignés ont trouvé un certain écho dans la presse et pour certains talents, des deals ont été signés avec d’autres distributeurs. Une façon d’utiliser la puissance de création de férus de tendances ; et pour la marque de se positionner comme tremplin plutôt que comme simple émetteur.

2. Club Monaco

La marque a développé un des programmes les plus complets.  D’abord “the Brown’s Blogger Series avec Shop 24” où des blogueuses UK reconnues donnaient des conseils de style par session dans les magasins Browns (Londres).Pour le lancement de son site de e-commerce Shopbop, la marque a invité une centaine d’influenceurs à un “Tweetup” générant de l’attention soutenue au moment du lancement. Afin de maintenir l’attention, la blogueuse Jennine Jacob tient un blog sur le denim,  affilié à la boutique. Club Monaco a aussi lancé sa plate-forme d’inspirations “Culture Club”, à travers un dispositif impliquant les blogueurs à produire une série de contenus photos. 1500 appareils additionnels étaient distribués aussi dans les rues de New York dans des quartiers choisis afin de générer du drive to naturel.

4.  DKNY

DKNY agit là aussi comme tremplin d’opportunités. Bagsnob a pu designer une série de sacs à mainsb ; chaque semaine, DKNY interviewe des blogueuses pour exprimer les tendances qui comptent. En réactif, la marque essaie de trouver des projets plus personnalisés en répondant aux propositions de séries d’influenceurs.

5. MAC Cosmetics

MAC, avait envoyé 9 blogueuses à Toronto pour aider à finaliser une ligne de cosmétiques, désormais disponibles depuis quelques jours.

 

En résumé :

  1. des expériences exclusives et à géométrie variables en fonction du public d’influenceurs visé: certains sont utilisés comme propulseurs, d’autres comme co-créateurs
  2. des expériences mêlant offline et online, où le “offline” sert à lancer du “online”
  3. une capacité à utiliser les passions et les talents : écriture et photographie, ainsi que la capacité à exprimer un avis. Nothing more
  4. des programmes qui s’étoffent entre approches réactives (mettre à disposition des solutions à des propositions de consommateurs avertis) et anticipés (un dispositif clairement défini depuis le début dans une approche stratégique annuelle)
  5. des programmes où les marques n’endorsent plus des influenceurs mais où ce sont les blogueuses elles mêmes qui jouent le rôle de “sponsors”

Comme on le voit, on en est encore à la préhistoire de ce que le marketing peut faire sur les relations entre influenceurs et marques. De jolies perspectives à venir. De quoi décomplexer nos dispositifs :)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
February 10th, 2011

.-.. ..- -..- . / — -… .-.. .. –. .

by Laurent Francois

-.-. .. – — -.– . -. … / ? / … .. / – ..- / .- .. — . … / …- .-. .- .. — . -. – / .-.. . / .-.. ..- -..- . –..– / .- -… .- -. -.. — -. -. . / – .– .. – – . .-. –..– / .-.. . … / .-. . … . .- ..- -..- / … — -.-. .. .- ..- -..- –..– / .-.. .—-. . … .–. .- -.-. . / .–. ..- -… .-.. .. -.-. .-.-.- / — . – … / . -. / .–. .-.. .- -.-. . / ..- -. . / … – .-. .- – . –. .. . / –.- ..- .. / -.-. .-. . . / -.. . / .-.. .- / -.. .. … – .- -. -.-. . / .–. .- .-. -.-. . / –.- ..- .—-. . .-.. .-.. . / -.-. .-. . . .-. .- / -.. . / .-.. .—-. .. -. – . .-. . – –..– / -.. . / .-.. .- / .–. .- … … .. — -. –..– / -.. . / .-.. .- / .-. ..- — . ..- .-. .-.-.- / — .-. .. . -. – . / .-.. .- / -.-. — -. …- . .-. … .- – .. — -. / … .- -. … / -.. . .–. . -. … . .-. / ..- -. / — — – / — .- .. … / . -. / ..-. .- .. … .- -. – / .–. .-. — .–. .- –. . .-. / ..- -. . / .. -.. . . .-.-.- / .-.. . / .-.. ..- -..- . –..– / -.-. .—-. . … – / -.. ..- / — — .-. … . .-.-.-

(help).

Rendez-vous sur Hellocoton !
November 9th, 2010

ADN de marque offline : un atout, pas un moteur, “luxe oblige”

by Laurent Francois

Citoyens !

Une étude brillante de L2 (Digital IQ Index: Luxury report) sur le luxe apporte du grain à moudre aux storytellers et digital strategists.

En prenant comme études de cas les principales marques de luxe, un postulat intéressant fait débat dans les milieux autorisés :

Il existerait un ADN de marque qui de fait expliquerait pourquoi certains noms “marchent” mieux que d’autres en ligne ; en clair, le poids d’un Vuitton serait tellement ancré dans les esprits que peu importe les actions menées, cet ADN porterait presque seule la notoriété de la marque.

La méthodologie de L2 est futée (on l’utilise tous, mais rarement en utilisant 2 variables en tableau croisé) : benchmarker les grandes marques de luxe en croisant Google & Facebook. Le point d’entrée dans la conversation (la recherche) et la caisse de résonnance des conversations (Facebook).

“A closer look at brand’s number of Facebook Likes versus the number of global monthly organic searches for a brand name on Google – proxy for brand equity online – provides a litmus test to identify brands that are social media overachievers,” says L2 in its latest Digital IQ Index: Luxury report”

Ce qui permet de voir quelles marques sont portées par les individus tandis que les autres ne sont que recherchées.

Les résultats sont éloquents : si Burberry fonctionne aussi bien par rapport à un Rolex, c’est bien qu’il s’agit du résultat d’un engagement fort de la marque sur le réseau social et partant d’une stratégie plus englobante :

“A closer look at the Facebook content scores – frequency of posts, innovative programs, transaction-orientation – reveals that overachievers have scores nearly three times those of underachievers, suggesting success on Facebook is largely the result of platform engagement and programs, not offline equity”.

Ce qui permet d’expliquer que le brand equity “passif” (ou peut-être en schématisant l’ADN de marque offline) non transformé par une vraie capacité à injecter une dimension social media est une destruction de valeur criante : décevoir son pool de consommateurs potentiels (qui vous cherchent) en ne l’incitant pas à s’engager avec vous. D’autant plus vrai aux Etats-Unis où le e-commerce pour les marques de luxe est crucial : il importe d’écrire rapidement des histoires de marque avec comme co-auteurs certains pools d’influenceurs digitaux.

Rendez-vous sur Hellocoton !
August 20th, 2010

Citizen Look #1 Bleu de Chanel. Une panne d’inspiration ?

by Laurent Francois

Citoyens ! Mais que s’est-il donc passé ces dernières années pour que les publicités pour parfum à destination des hommes fassent preuve d’aussi peu d’originalité ?

Photo: Andrew Cooper/Chanel

Dernière exemple en date : Chanel pour son dernier parfum, Bleu. Qui pourtant devrait être un must-have quand on connait le talent de Jacques Polge. Il doit être victime de ces jours étranges : il déclarait pour GQ que sa source d’inspiration est “L’époque. Un bon parfum doit coller à son époque, j’essaie de dégager les forces et la mode du moment“.

La campagne est donc shootée à New York, et réalisée par Martin Scorsese. Elle met en scène l’acteur Gaspard Ulliel. Un brave garçon pas mauvais du tout dans ces apparitions mais qui partagerait sa vie avec Jordane Crantelle,”responsable Relations Célébrités” chez…Chanel. Oui je suis de mauvaise foi, et alors ?

Celui-ci donc, prédateur et traité à l’image comme un expert de Miami, part à la recherche d’Ingrid Schram alias Sofi. Attention : le pitch est plus long à lire que le clip lui-même :

“Il s’agit d’un jeune acteur charismatique dont le talent, doublé d’un esprit rebelle et d’une bonne étoile, l’ont propulsé sur le devant de la scène. Bien qu’il ait tout au long de sa carrière refusé de se plier aux conventions, il se trouve aujourd’hui contraint de mener un mode de vie qu’il n’a pas encore assumé. Comme piégé, il s’efforce de trouver une forme d’épanouissement spirituel au sein d’une industrie par définition non spirituelle -où les sirènes de la corruption le mettent constamment en danger- mais qui lui offre la liberté d’exploiter une inépuisable source d’inspiration et de s’exprimer pleinement. Au premier contact, il émane de cet homme au regard un peu perdu un air de solitude (tout n’est-il pas qu’aveuglement ?). Avec la sortie de son dernier film, il va bientôt devoir tirer un trait sur son ancienne vie, bien qu’il ne se sente pas encore tout à fait prêt à tourner la page. C’est un homme hors du temps, attaché au passé… à une fille en particulier : Sofi, son premier amour, celle qui lui a procuré pendant des années la dose de passion tumultueuse dont il pensait avoir besoin pour nourrir son travail. Le jour où il la revoit en public après une longue rupture, il se demande s’il l’aime encore ou s’il n’est pas seulement en train d’essayer de courir après une chimère. Il doit à tout prix prendre une décision. En dépit d’un contexte émotionnel chargé, il parviendra finalement à se débarrasser de ses doutes pour s’engager dans sa nouvelle vie tout en continuant à faire ce qu’il sait faire de mieux : surprendre.”

Ca c’est de la publicité aspirationnelle, mes enfants. Quand la fiction se base sur la vie d’un acteur de fiction. Tu parles d’inattendu…Un vrai problème qui démontre le paradoxe de rester créatif sur un objet déjà de… création. Dans le cas de Chanel (je leur en veux) on imagine aisément le brief : bon, on va s’adosser à une pointure qui va pousser grâce à sa notoriété de l’intérêt. Ca fera bien pour séduire le con de passage devant Marionnaud le samedi après-midi. Et bien c’est une faute de luxe. Onze ans plus tard, la création d’Alain Astori est toujours d’époque.

Je prends l’exemple de Dark Blue d’Hugo Boss. L’imaginaire était simple : une fragrance tout aussi masculine (en 1999 l’homme moderne était rasé mais voulait déjà bien chopouiller une belle inaccessible ou AAA) et un brin provocatrice. Le slogan était efficace : ne mange pas entre les repas. Au risque d’être old school : je garde donc Hugo sur moi.

Rendez-vous sur Hellocoton !
October 12th, 2009

G-Schock de Casio déjà 25 ans. Shock in Paris

by Laurent Francois

Citoyens !

Allez rappelle toi, c’était dès les années 1980. T’en avais marre de la montre à aiguille de Popo, tu adorais jouer à la NES et t’en pouvais déjà plus de tout ce qui venait du Japon. Rappel de la mythologie de la montre G-Shock :

“Mardi 13 septembre, Casio célèbrera les 25 ans de sa montre phare à Paris. Après New York, Londres et Tokyo, la capitale de la mode accueillera une grande fête en l’honneur de la G-Shock. Cette montre a été conçue au début des années 1980 pour des ouvriers japonais qui cherchaient à avoir des outils résistants aux ondes émises sur les chantiers. Quelques mois plus tard, la G-Shock naissait.”

En France, Aurèle a aussi son édition limitée. C’est bien sûr (?) chez Colette :

Rendez-vous sur Hellocoton !
February 9th, 2009

Ykone, the social fashion experience. Un réseau social affinitaire

by Laurent Francois


Ykone.com | The Social Fashion Experience from Ykone on Vimeo.

Ykone, un nouveau “média social entièrement dédié à l’univers de la mode et des tendances”, vient de se lancer ce matin.

Le projet est mené par par Olivier Billon (DigitalMarketingMix) et Mathieu Lebreton (Materialiste), ce qui représente en soi déjà une bonne nouvelle ;) . Bien plus q’u’un réseau “communautaire” de plus, c’est bien autour des affinités de ses membres et contributeurs que repose Ykone.

Les orignalités :

  • la partie “encyclopédie“. Ca parait étrange et pourtant c’est pour moi LA bonne idée. Avant de rentrer dans l’univers du luxe, il faut arriver à s’inspirer, à comparer, à avoir compris et appris les codes du domaine. Cette encyclopédie permettra aux néophytes d’acquérir cette culture, et aux plus avisés de se rafraîchir la mémoire ou d’établir des ponts entre leurs marques passions et les signatures “historiques”. Ainsi toute une base de modèles, créateurs, maisons est alimentée, complétée, croisée. Joli.
  • la partie “magazine” permet, à la manière d’un Vogue, de connaitre les dernières actus, de réagir et d’avoir du contenu de qualité
  • la partie “communautaire“, autour de 2 axes : les fans, et les pages persos. Ainsi à la manière d’un Post, vous aurez la possibilité d’écrire vos articles, faire partager vos coups de cœur, réagir…

Les raisons de croire en ce réseau :

  • il repose sur l’affinité des membres, pas sur des caractéristiques statiques du type “j’ai 20 ans et je suis une fille, tu me pokes ?”
  • le contenu est à la mesure du domaine : luxueux mais pas sectaire, pertinent, ouvert à la polémique, aux ajouts, aux débats
  • le lien offline to online est on l’imagine plutôt fort : invitation à des ventes privées, à des événements luxe. Ce lien permet de donner du sens, de prolonger le centre d’intérêt in situ
  • les ponts affinitaires sont faciles à créer, et semblent complémentaires dans le même “lieu”

Bref, ça me plait. Et bravo à mes copains-collègues qui bossent sur le sujet.

Rendez-vous sur Hellocoton !
December 11th, 2008

Lady Marion Cotillard est Lady Dior : avant-première du making of

by Laurent Francois

Lady Dior Paris making of
envoyé par PerforME
Lady Mario devient Lady Dior. Une Lady, 4 villes. Et ça démarre par ici bientôt.
Rendez-vous sur Hellocoton !