logo

Pourquoi automatiser le Community Management n’est pas une bonne idée (dans un premier temps)

Petit post estival après de nombreux échanges autour du marketing automation et autres discussions sur les “meilleurs” outils pour gèrer une communauté.

Mon point de vue est le suivant : automatiser directement les fonctions de Community Management (comme la planification des posts) est une erreur, surtout si vous ne vous appelez pas Nike et que votre communauté est à peine au début de son aventure.

Ne pas automatiser le CM via des outils tierces a différents effets vertueux :

  1. Se forcer à retourner sur vos propriétés digitales, et comptes professionnels : rien de mieux pour s’acculturer que d’aller comme un de vos followers sur le réseau, de comprendre qui commence à discuter et pourquoi, d’arpenter les comptes de vos nouveaux followers. Bref, de vous perdre et donc de connaître avec finesse les gens qui vous donnent de l’attention
  2. Mettre en place des activités routinières : verifier les boites de réception et les demandes de messages, élaborer des réponses, des parcours utilisateurs malins, qui seront cruciales quand votre communauté grandira
  3. Cliquer sur toutes les fonctionnalités : en guise d’exemple sur Instagram, la fonction “save” donne parfois plus d’informations qu’un nombre de likes. C’est une donnée peu mesurée dans les outils tierces, et qui pourtant peut nourrir vos réflexions
  4. Vous tromper et corriger vos posts : combien de fois un saut de ligne mal placé rend un post planifié peu élégant. Ou une faute d’orthographe quelque peu compromettante ?
  5. Etre attentif aux nouvelles itérations ou paramètrages de votre compte : plutôt que de découvrir via une newsletter qu’Instagram est en train de changer, il est parfois plus efficace de le découvrir en utilisant le réseau
  6. Se créer un réseau réel, en faisant une surabondance de la fonction de messagerie “directe” sur les réseaux sociaux. Une fonction sociale qui disparaît souvent des processus “automatisés”
  7. Parler une seconde langue, celle du réseau : ce n’est qu’en vérifiant de façon compulsive votre compte de marque qu’on acquiert une vision large de ce que vous pouvez faire d’un point de vue marketing; pas étonnant alors de constater que certains SVP ou Présidents de division de marque demandent à avoir les mots de passe des comptes, ou que certains grands designers soient en fait les premiers community managers de leurs marques
  8. Réagir vite : un post est en train de bien fonctionner ? Pourquoi passer par un outil tierce quand on peut “booster” facilement depuis une application mobile d’un réseau un post ?

De l’intérêt de jouer avec les moyens du bord…

 



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.